La SGB
Président d'honneur
Conseil d'administration
Rapports annuels
Contact
Adhésion
Dossiers
Bassin Louise
Accès public
Aménagement du littoral
Villes et Ports
Album photos
Liens
Pratiques balnéaires

 


 

 

 

 

M. Jacques Amyot, président d'honneur

La Société des Gens de Baignade est fière d'avoir pour président d'honneur M. Jacques Amyot, nageur de longue distance émérite.
M. Amyot dans le fleuve en 2001
Premier vainqueur en 1954 de la traversée du lac Saint-Jean à la nage, premier homme à faire le tour de l'île d'Orléans à la nage, premier nageur canadien à avoir réussi la traversée de la Manche, M. Amyot est une véritable phénomène de la natation de longue distance.
Le Maurice Richard de la natation

Quand Denis Zaccardelli, citoyen de Québec, eut à résumer qui est Jacques Amyot, il dit simplement: " Jacques Amyot, c'est le Maurice Richard de la natation au Québec ". En une phrase, il résumait ainsi toute une vie consacrée au milieux du sport et de la forme physique au Québec - en particulier à la natation - qu'il pratique souvent en eau libre, dans le fleuve ou les lacs de la région.

Il témoignait aussi du fait que Jacques Amyot, tout comme le Rocket, est demeuré toute sa vie et reste toujours aujourd'hui ce type de héros populaire, connu de tous les Québécois ou presque, à la fois simple et désintéressé, toujours prêt à faire confiance et à donner un coup de main à quiconque s'efforce d'améliorer les choses.

En juillet 1954, les Canadiens-français apprirent qu'un des leurs - un certain Jacques Amyot - venait de réussir un exploit jugé jusqu'alors impossible : traverser à la nage les 32 kilomètres qui séparent les deux rives du lac Saint-Jean ! Un an plus tard, l'athlète réalise une autre grande première: faire le tour de l'île d'Orléans dans l'eau, en dépit des courants et des marées, exploit que nul n'avait ni envisagé ni encore moins réussi auparavant.

L'année suivante, en 1956, c'est la consécration en Europe: à 31 ans, il devient le premier Québécois à traverser la Manche entre la France et l'Angleterre. Dix-neuf ans plus tard, en 1975, il rééditera cet exploit, cette fois de l'Angleterre à la France, à l'âge de 50 ans: un autre record... Il est aujourd'hui un des membres éminents de l'Association des Maîtres Nageurs du Canada.

Autres disciplines

Jacques Amyot excella également dans d'autres disciplines sportives. À la course, il décroche plusieurs records provinciaux (1939-1946), il est champion du Québec pour la course longue distance (1947-1955), compétiteur cycliste (1945-1947), compétiteur dans 4 disciplines en ski (slalom, descente, course de fond et saut, 1940 à 1950), etc.

Honneurs et reconnaissances

Plusieurs organisations prestigieuses ont déjà reconnu et consacré les mérites de cet athlète québécois dont la carrière sportive couvre maintenant six décennies, dont la renommée s'étend au-delà des frontières.

  • En 1993, le Temple de la renommée des sports du Québec l'introduit au Panthéon des sports du Québec, un insigne honneur que n'ont connu que quelques rares personnes jusqu'ici, dont Maurice Richard et Jean Béliveau.
  • En 1996, l'International Marathon Swimming Hall of Fame (Floride) le consacrait " Honor Swimmer ", pour ses réalisations dans la nage en eau libre. En 1998, il était intronisé au Temple de la renommée de la Natation québécoise - catégorie athlète -, avec le titre de Maître du Québec, Saison 1998.
  • En 2000, Natation Canada reconnaît à son tour " la contribution exceptionnelle apportée par Jacques Amyot au sport de la natation au Canada. "

Jacques Amyot est maintenant une légende vivante de la natation et des milieux du sport au Québec, en particulier pour ses exploits de nage en eau libre. Son courage, sa persévérance, sa discipline et sa maîtrise personnelle doivent servir d'exemple et prouver que de nos jours encore, en bien des domaines et face à bien des adversités: " Quand on veut, on peut ! "

 

M. Amyot, membre de l'Ordre national du Québec

En 2001, pour saluer sa carrière étincelante, M. Amyot était décoré de l'Ordre national du Québec par le premier ministre M. Bernard Landry.